L'haplogroupe U6 semble originaire d'Asie du sud-ouest il y a environ 35.000 ans et a migré vers l'Afrique du nord [1,2,3,4]. Cette migration est contemporaine de la colonisation de l'Europe par l'homo sapiens et semble principalement due aux changements des conditions climatiques qui ont permis à l'homme d'arriver d'abord au Proche Orient, puis ensuite de coloniser d'une part l'Europe (haplogroupe U5) et d'autre part l'Afrique du Nord (haplogroupe U6). Ce retour vers l'Afrique s'est effectué par le bassin méditerranéen, le long des côtes d'Afrique du Nord. Le sous-haplogroupe U6a a émergé en Afrique du nord-ouest il y a environ 26.000 ans, suivi de peu par la sous-clade U6a7. A cette époque la culture ibéromaurusienne s'est diffusée sur les côtes du Maghreb. Une étude récente [5] a montré qu'il y avait une continuité génétique dans le temps en Afrique du Nord. En effet l'haplogroupe U6 est déjà présent dans cette région il y a environ 12.000 ans. Entre 10.000 et 6.000 avant notre ère, la culture capsienne néolithique, probablement issue de la culture ibéromaurusienne, s'est épanouie un peu plus dans les terres et pourrait être à l'origine des différents peuples berbères. A cette période, le sous-haplogroupe U6a7a a émergé toujours en Afrique du nord-ouest il y a environ 7.800 ans. Aux périodes néolithiques, suite à l'assèchement de la zone saharienne il y a environ 6.000 ans, une partie de ces populations d'Afrique du nord ouest ont migré vers l'Afrique sub-Saharienne au sud de la ceinture du Sahel, et d'autre part elles ont traversé la Méditerranée via le détroit de Gibraltar pour atteindre la péninsule ibérique ou via la Sicile vers l'Italie.Une autre partie a colonisé les îles Canaries un peu plus tard.

Le sous-haplogroupe U6a7a1 a émergé il y a environ 4,900 ans probablement en Afrique du nord-ouest ou dans la péninsule ibérique. Au chalcolithique (âge du cuivre), les contacts étaient fréquents entre l'Afrique du nord-ouest et le sud-ouest de l'Europe, notamment au moment de la diffusion de la culture campaniforme. Une partie de cette population a ainsi migré jusque sur la côte Atlantique de la France, notamment dans la région de Machecoul où résidait entre 1640 et 1680 mon ancêtre maternelle connue la plus éloignée: Marie Clavier. 

L'haplogroupe U6a7a1 comprend deux groupes intéressants. Le premier est un groupe d'origine Sépharade caractérisé par la mutation 150 qui définit un sous-haplogroupe U6a7a1b. Il est daté d'environ 1.700 ans et a probablement émergé dans la péninsule ibérique. Le second est un groupe acadien caractérisé par les deux mutations 2672 et 11929 qui définissent un sous-haplogroupe U6a7a1a. Il est daté d'environ 400 ans et a probablement émergé en France. Tous les membres connus de ce groupe sont des canadiens descendants des deux soeurs Edmée et Catherine Lejeune probablement nées en France. Edmée se marie vers 1646 avec François Gautreau à  Port Royal en Acadie, et Catherine se marie vers 1654 avec François Savoye à La Hève aussi en Acadie.

Aujourd'hui, l'haplogroupe U6 se retrouve principalement chez les berbères d'Afrique du nord et les habitants des îles Canaries. On le retrouve cependant en Europe, surtout au sud: Espagne, Italie et France, mais également au nord: Grande Bretagne, Allemagne et Scandinavie. L'haplogroupe U6a7a1 est localisé aujourd'hui en Mauritanie, en Algérie, en Tunisie, en Espagne, au Portugal, en Italie, en France, en Angleterre, en Allemagne, en Pologne, en Ukraine et en Amériques.


Références: